Vous êtes ici :   Accueil » Sauver les ours dans le monde entier
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...
OURS : ACTUALITES
EDUCATION
VISITES

 1154094 visiteurs

 10 visiteurs en ligne

rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.surlespasdesours.fr/data/fr-articles.xml


FONDATION " FREE THE BEARS FUND"

bearheader.jpg

 

C'est en regardant un superbe documentaire sur la chaîne câblée " Animaux " que j'ai découvert l'action menée par l'australienne Mary Hutton et que j'ai décidé de contacter sa fondation pour parler de son action .

Après un échange avec Sally, j'ai eu l'accord de publication sur mon site et c'est ainsi que je vous propose la traduction de certains articles publiés en anglais sur le site " Free the bears Fund Inc ".

© Freethebears - Mary Hutton    
mary.jpg


En 1993, Mary Hutton, s'occupait d'affaires courantes à Perth dans l'ouest de l'Australie.

Elle vit alors un documentaire qui allait changer sa vie et celle de sa famille.

Celui-ci comportait un horrible court-métrage sur les ours noirs d'Asie maintenus dans des cages, ne pouvant ni bouger, ni se retourner, ayant des cathéters enfoncés dans leur vésicule biliaire.

La bile est utilisée depuis des siècles dans la médecine asiatique, cependant l'élevage des ours pour la bile est un procédé relativement récent, c'est à dire qu'au lieu de prélever la bile sur des carcasses d'ours , on leur soutire leur bile durant toute leur vie d'ours adulte.

Le lendemain, Mary rédigea une pétition et la fit elle même signer à l'entrée des magasins.

Au bout de quelques mois, elle recueillit des milliers de signatures; un groupe régulier devint bientôt un comité qui commença à recueillir des fonds d'autres associations animalières à travers le monde. " Free the bears fund " était née.



Quand les signatures atteignirent le nombre de 130,000, Mary et une délégation d'enfants représentant l'association, furent autorisés à se présenter en personne à l'ambassade de Chine à Canberra.

Afin d'agir encore plus, de l'argent était nécessaire. Des dons commencèrent à affluer. Pendant ce temps, Mary fut informée de la situation critique d'autres espèces d'ours, particulièrement les ours des cocotiers du sud est asiatique.

Non seulement ils étaient les moins connus et parmi les espèces les plus en danger, mais ils étaient indéniablement les moins bien traités.

Mary reçut un appel téléphonique d'un homme d'affaires australien , Monsieur John Stephens, qui était basé au Cambodge. Il l'informa qu'il y avait chez lui quelques oursons des cocotiers qu'il avait sauvé des restaurants de Phnom Penh, capitale du Cambodge. " Votre association peut -elle trouver un toit à ces ours ? "

Mary ne cessa de passer des coups de téléphone jusqu'à ce qu'elle obtienne une réponse à cette demande. Monsieur Wil Meikle, directeur des sciences de la vie du Parc zoologique Tarongua de Sidney, lui annonça que si tous les critères pouvaient être réunis, il serait heureux de donner un toit aux ours des cocotiers.

Après de nombreuses procédures, notamment de quarantaine, ce fut une première : Les trois ours des cocotiers, Mr. Hobb, Victoria et Lucille, devinrent les premiers spécimens d'espèce en voie de disparition transférés du Cambodge en Australie.
 
" Free the Bears " agit maintenant dans plusieurs pays du sud est asiatique ( Cambodge, Thaïlande, Vietnam, Laos et Inde) sauvant ainsi les ours des cocotiers, ours noirs d'Asie et ours Lippus.
Maryours.jpg
© Free the bears Fund

Les objectifs de la Fondationbears-saved.gif

Le but de " Free the bears Fund " est de protéger, de préserver et d'enrichir la vie des ours à travers le monde.

Ils cherchent à accomplir les objectifs :
  • En fondant et en facilitant les projets de conservation et de réhabilitation,
  • En préservant et en réservant des espaces d'habitat naturel dans le but de maintenir la biodiversité,
  • En encourageant les relations fondées sur l'harmonie et le respect entre les hommes et les animaux en mettant en place des alternatives au commerce illégal de la vie sauvage,
  • En employant les populations locales à travers des initiatives de formation qui permettent à ces communautés indigènes de gagner leur vie de manière à les responsabiliser et à préserver l'ours et son environnement,
  • En diffusant l'information, encourageant la prise de conscience, en facilitant l'éducation en ce qui concerne la population des ours,
  • En s'assurant de supports internationaux et de sponsors individuels impliqués dans la préservation et la conservation des ours,
  • En soutenant le renforcement d'une législation de la vie sauvage pour prévenir l'extortion d'espèces rares et en voie d'extinction, résultant du trafic illégal de ces animaux,
  • En créant de nouveaux santuaires et en maintenant les sanctuaires existant ainsi que le bien être physique et moral des ours.

Inde : le projet de réhabilitation Kalander

Pendant des années les oursons Lippus en Inde ont subi le braconnage et la torture à travers des méthodes de formation brutale pour qu'ils deviennent des " ours dansants ", obligés de se produire devant les touristes.

A l'âge d'à peine 4 mois, l'ourson est enlevé à sa mère qui souvent est tuée en essayant de protéger ses oursons. Vendus par des marchands et des intermédiaires à des marchés clandestins, les trumatismes, la malnutrition et les coups entrainent un taux de mortalité de plus de 50%.

Les oursons qui survivent sont vendus aux Kalenders qui leur apprennent à danser.
A l'âge de 4 mois, les canines des oursons sont arrachées. Un anneau chauffé au fer rouge leur transperse le museau et une vulgaire corde est passée au travers.

La blessure ne cicatrise jamais vraiment et l'ours vivra dans la peur, la faim et la souffrance pour le reste de sa vie.

A part le projet de réhabilitation Kalander, la fondation encourage les Kalenders à aider les ours dansants à démarrer une nouvelle vie.

La fondation les aide à trouver une occupation qui leur permettra d'obtenir une aide financière. A près avoir rendu son ours et sa licence, le Kalender signe un accord avec la fondation assurant qu'il ne fera  plus le commerce des ours.


 
kalanderrehabproj1.jpg
© Free the bears  fund

 
Un emploi alternatif choisi par le Kalender comprend : La vente de légumes, un emploi dans un magasin de thé, dans une épicerie, dans des magasins de vélos etc..................

Ce projet de réhabilitation est soutenu par les partenaires " SOS WILDLIFE " et financé par " Freethebears fund ".
Le but de ce projet est de soutenir la conservation au travers de la réhabilitation.


Projet au Laos

Le Laos est l'un des pays les plus pauvres au monde, mais il a encore une riche vie sauvage. Ses terrains montagneux et ses parfaites forêts offrent un abri aux ours des cocotiers et aux ours nors d'Asie, bien que le chiffre exact des ours vivant au Laos ne soit pas connu.

Les chasses très répandues et la diminution des habitas sont les plus grandes menaces pour les ours du Laos et avec les nombreux problèmes sociaux dont il faut tenir compte, la protection de la vie sauvage reste un projet qui n'est pas prioritaire pour le gouvernement.

Les sanctuaires d'ours au Laos :tvieng.jpg

Freethebears Fund a commencé la construction du centre d'ours " Tat Kuang Si " en 2002 après avoir reçu une requête d'aide émanant du Comité provincial " Luang Probang " pour le soin et le sauvetage de la vie sauvage.

Situé dans le très beau parc de Tat Kuang Si, juste à l'extérieur de Luang Prabang, héritage de l'Unesco, ce sanctuaire est maintenant le foyer de 12 ours noirs d'Asie qui ont été sauvés des chasseurs.
Ce sanctuaire de Tat Kuand Si est visité par plus de 200.000 laotiens et des touristes chaque année, donnant ainsi l'opportunité aux habitants de faire voir et de parler de leur précieuse vie sauvage.
© Freethebears              
Projets au Cambodge

Le Cambodge est finalement sorti de plus de 30 années de guerre civile et de conflits. tbeauty.jpg

Jusqu'à récemment, de larges surfaces de forêts sont restées indemnes, permettant ainsi aux populations d'espèces en voie de disparition comme les ours des cocotiers et les ours noirs d'Asie de prospérer.

Cependant la chasse et la capture d'ours profitant au commerce illégal est une sérieuse menace pour leur survie à long terme au Cambodge.

En dépit des récents efforts du gouvernement pour bannir ce commerce illégal, la soupe aux pattes d'ours est toujours considéré comme un mets délicat dans les restaurants de certaines villes.

 
© Freethebears fund          

Sanctuaires d'ours au Cambodge :

Freethebears Fund travaille depuis 1997 avec l'administration cambodgienne des forêts pour offrir un sanctuaire aux ours rescapés.

Situé au centre de Phnom Tamao, à quelques 40 kilomètres de la capitale Phnom Penh, le sanctuaire s'est agrandi avec l'arrivée chaque année d'ours de plus en plus nombreux et couvre à présent plus de 5 hectares. 16 habitats forestiers ont été construits pour accueillir presque 90 ours ( ours des cocotiers et ours noirs d'Asie ) d'âges et de personnalités différents.
Certains arrivent avec de terrible blessures causées par les collets utisés par les chasseurs, tandis que d'autres sont trouvés dans des maisons de commerçants, attendant la vente de la bile.

 
L' OURS DU MOIS DE SEPTEMBRE 2008, MIS A l'HONNEUR PAR LA FONDATION

Il s'agit de l'ourse Sandie

sandie.jpg
© Freethebears fund


 
Sandie a été sauvée du collet d'un braconnier dans le parc national de Kini Rohm au Cambodge en 2004.

Malheureusement, en raison de ses terribles blessures, Sandie perdit une patte avant, et comme celà la rendait incapable de se débrouiller seule à l'état sauvage, il fut décidé qu'elle rejoindrait le sanctuaire de Phnom Tamao. Sandie put ainsi se rétablir.

Sa patte cicatrisa doucement et elle apprit à s'adapter à sa nouvelle situation avec une extrême agilité et son appétit s'accrût. Sa nourriture préférée devint le porridge et les bananes.

Sandie vit maintenant très comfortablement avec un groupe d'autres femelles ourses noires d'Asie, dans leur propre enclos.

Elles s'apprécient mutuellement et Sandie aime jouer particulièrement avec Mom et Tayla.

La patte amputée de Sandie l'empêche de courir aussi vite que les autres , ce qui fait qu'elle a développé une tactique intelligente en se tenant droite sur la barrique de nourriture afin de la dominer.

Sa tactique fonctionne puisque c'est l'une de nos plus grosses ourses !!

Si vous voulez en savoir plus sur la fondation, rendez vous sur son site en anglais :en cliquant ici


 

Date de création : 13/10/2008 : 17:19
Dernière modification : 21/02/2012 : 19:16
Catégorie : ASSOCIATIONS - FREE THE BEARS FUND INC ( Octobre 2008)

Page lue 8280 fois

OURS ET ART
OURS ET CULTURE
OURS EN PELUCHE
Vous êtes ici :   Accueil » Sauver les ours dans le monde entier
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...