Vous êtes ici :   Accueil » Le calvaire de l'ours Motya
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...
OURS : ACTUALITES
EDUCATION
VISITES

 1589121 visiteurs

 46 visiteurs en ligne

rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.surlespasdesours.fr/data/fr-articles.xml

Mobilisons-nous contre les pratiques de chasse en Russie
Je relaye l'information de Sylvie Cardon ade l'association AVES France
 
Elena, l’une de nos adhérentes suisses, a été contactée par des associations russes qui tentent de s’opposer à certaines pratiques de chasse existant depuis un moment en Russie, (lesquelles, contre toute attente, viennent d’être légalisées par la nouvelle loi « chasse »), notamment contre les stations d’entraînement qui livrent des animaux sauvages en pâture aux chiens de chasse et même aux chiens de combat.

« Le calvaire de l’ours Motya et tant d’autres de ses compagnons d’infortune :

 
Motya=-80a14.jpg
- La Russie a adopté une nouvelle loi sur la chasse qui est entrée en vigueur le 1er avril 2010. Loi moyenâgeuse, car tout est permis, toutes sortes de pièges et de chasse y compris la chasse à l’ours dans la tanière, chasse de printemps et dans les réserves naturelles. Cette loi autorise en particulier ce qui s’appelle en russe “pritravka” - “entraînement” des chiens de chasse sur des animaux sauvages vivants. Ils sont détenus dans des conditions très dures , y compris les ours. L’utilisation de l’animal peut durer des années. De plus, comme la Russie n’a pas de loi sur la protection des animaux, la situation est assez désespérée pour ces “objets d'entraînement”, leur seul statut étant « ressource naturelles », donc exploitable sans restriction. Bien qu’un grand nombre de protestations aient été adressées à tous les niveaux, les chasseurs hauts placés ont pour l’instant gagné.
- Il y a quelque temps le zoo de Perm (ville à l’Est de Moscou, près de l’Oural), a vendu pour ces entraînements un ourson d’une espèce protégée – l’ours brun de l'Himalaya - appelé Motya, à un chasseur. Ce type de vente est légal pour les ours bruns ordinaires, mais pas pour les espèces en voie de disparition. Les organisations de défense d’animaux de Perm ont essayé d’utiliser ce fait pour récupérer l’ourson et le mettre dans un refuge au sud de la Russie. Ni les plaintes pénales, ni le vétérinaire de la ville, ni les contacts répétés avec l’administration n’ont rien donné de concret. Ils ont porté l’affaire au tribunal fédéral qui la traite en ce moment.
- L’ours vit dans des conditions effroyables, comme ses confrères, est utilisé chaque jour comme appât pour chiens de chasse, il n’est pas nourri et n’a pas d’eau pendant des jours. À un moment il était si maigre qu’il a réussi à se faufiler entre les barreaux de sa cage (15 cm entre les barreaux). Quand les associations de Perm ont essayé de le racheter, ils n’ont pas trouvé Motya dans sa cage, mais un ours brun, complètement angoissé et mutilé, qui criait tout le temps, avec le nez et les parties génitales arrachés par les chiens. Ils ont décidé de le récupérer aussi, mais comme pour Motya, sans résultat. Le vétérinaire officiel a dit que, « comme il avait encore ses yeux et ses pattes, il allait bien... ».
- Bien que les défenseurs des droits des animaux, de la vie sauvage et les écologistes aient compté sur la loi « chasse » pour réglementer ou bannir ces pratiques barbares, l’entrée en vigueur cette nouvelle loi dans sa version adoptée en été 2009, ne donne aucune chance à ces ours, et tous les autres animaux utilisés comme simples objets d’entraînement de chiens de chasse."
 
Irina_Suslova_and_Motya-a2822.jpg


Les deux associations locales, de Perm et Saint-Pétersbourg, demandent à chacun d'entre nous de contacter le Président Medvedev et le Premier Ministre Poutine. Nous pensons qu’il serait également utile de s’adresser au Gouverneur de la région de Perm, Mr. Oleg Chirkunov et au Ministre des ressources naturelles de la Russie, Mr. Yury Trutnev.

 

Ici en France, nous pouvons aider les organisations Russes en protestant (mais courtoisement) également auprès de l’Ambassade de Russie ; Vous trouverez ci-dessous un modèle de courrier de protestation que vous pouvez évidemment adapter.

M. l’ambassadeur de Russie en France 40, bd Lannes 75116 Paris ambrus@wanadoo.fr

Monsieur l’Ambassadeur,

Nous avons pris connaissance des termes de la nouvelle loi sur la chasse qui est entrée en vigueur le 1er avril 2010, et sommes consternés par les abus que cette législation permet envers la faune sauvage. Nous sommes particulièrement scandalisés par les stations d'entraînement où des animaux sauvages sont livrés aux chiens de chasse, endurant ainsi de grandes souffrances. La population de Russie et des associations de protection des animaux se sont émus du sort réservé à deux ours en particulier : un ours brun et l'ours de l'Himalaya, appelé Motya. 2010 est l'année internationale de la biodiversité, c'est aussi l'année de la Russie en France. En cette occasion, nous vous demandons d'intervenir personnellement afin que les ours puissent être récupérés par les associations et qu'ils finissent leur vie dans un sanctuaire. Ces pratiques révoltantes doivent cesser, ces ours n'ont pas leur place dans ces stations. La Russie doit montrer à la France qu'elle s'intéresse aussi au sort de la faune sauvage. Respectueusement.

Signature.

Nous ne pouvons pas fermer les yeux devant des actes aussi odieux. Nous ne pouvons laisser les associations Russes se battre seules contre de telles maltraitances.

Merci de les soutenir en relayant l’information le plus largement possible, et en protestant en masse contre ces pratiques auprès de tous ces responsables.
Aidez-nous à sauver Motya et tous ses compagnons de misère !

Date de création : 28/04/2010 : 12:47
Dernière modification : 21/02/2012 : 19:28
Catégorie : PROTECTION : AGIR - Agissons contre les pratiques de chasse en Russie
Page lue 6543 fois

OURS ET ART
OURS ET CULTURE
OURS EN PELUCHE
Vous êtes ici :   Accueil » Le calvaire de l'ours Motya
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...