Vous êtes ici :   Accueil » Contre les montreurs d'ours : Aves France
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...
OURS : ACTUALITES
 ↑  
EDUCATION
VISITES

 1713894 visiteurs

 1 visiteur en ligne

rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.surlespasdesours.fr/data/fr-articles.xml

MONTREURS D'OURS

Une tradition moyenâgeuse qui perdure encore aujourd'hui en France

AVES FRANCE

( Merci à Christophe Coret de m'avoir permis de publier cet article )

brochuremontreurours01.jpg

AVES France vient d’éditer une brochure contre les spectacles de montreurs d’ours. Cette brochure de 16 pages, en couleur, a été tirée à 5.000 exemplaires (sur papier recyclé) et elle sera distribuée gratuitement. AVES France y dénonce les spectacles de montreurs d’ours et explique pourquoi la place d’un ours est dans la nature et non devant un public, asservi par un dresseur. La brochure a été mise en page par Solange Bosseur. Textes de Stéphanie Léone et Christophe CORET. Avis d’experts reproduits avec l’aimable autorisation de Code animal et CCE2A.

EDITO DE LA BROCHURE
par Christophe CORET, Président d’AVES France

" On peut s’étonner que les spectacles de montreurs d’ours perdurent en France alors que de nombreux autres pays interdisent petit à petit l’exploitation des animaux sauvages. La France résiste. Le monde du cirque s’organise pour défendre une activité moribonde. Ils parlent d’exception culturelle, d’activités légales, quand nous voyons dans le dressage une exploitation insupportable d’animaux sauvages, immorale et anti-pédagogique.

Deux visions du monde s’affrontent.
L’une, passéiste, veut croire que la domination de l’homme sur l’animal a encore de beaux jours devant elle. L’autre, celle que je partage, pense que la société évolue et que nous ne pouvons plus nous comporter aujourd’hui comme nos ancêtres le faisaient au Moyen-Âge.

J’ai fondé l’association AVES France en 2005 et depuis, nous dénonçons sans relâche les spectacles de montreurs d’ours. Tant d’années plus tard, malgré nos tentatives pour convaincre les organisateurs d’évènements qu’un ours n’a pas sa place devant un public, sous la contrainte
de son dresseur, tous les prétextes semblent bons pour justifier l’exploitation de ces animaux. Fêtes médiévales, déambulations dans les
rues, arbres de Noël, spectacles de cirque, soirée animaux dans une boîte de nuit, salon des animaux, démonstration sur un plateau télé… sont autant d’occasions lors desquelles nous avons pu déplorer la présence d’un ours, tantôt sur une moto, sur un ballon, jouant de la trompette ou mangeant des guimauves après avoir reçu l’ordre d’enlacer son dresseur. Tous ces numéros ont l’objectif de faire croire au public que l’ours s’amuse, mais il n’en est rien. L’ours travaille, l’ours est contraint, l’ours souffre d’une vie de saltimbanque que son dresseur lui impose. Une vie sur les routes, enfermé dans une cage minuscule pendant des heures. Libre seulement quelques minutes, le temps d’une exhibition.

Ces spectacles sont bien légaux dans notre pays et échappent même à bon nombre d’obligations légales grâce aux exceptions prévues par l’Arrêté du 18 mars 2011 fixant les conditions de détention et d’utilisation des animaux vivants d’espèces non domestiques dans les établissements de spectacles itinérants. Le texte prévoit en effet que les ours doivent pouvoir vivre six mois par an dans des installations fixes et qu’ils doivent, lors des périodes d’itinérance, bénéficier d’espaces d’au minimum 24 mètres carrés pour les ours d’une longueur supérieure à 2 mètres et d’au minimum 12 mètres carrés pour les ours d’une longueur inférieure à 2 mètres. Sauf que le texte précise que « Les dispositions précitées relatives aux caractéristiques des installations intérieures et extérieures ne s’appliquent pas aux établissements dont les périodes itinérantes n’excèdent pas quatre jours à compter du départ des animaux des installations fixes jusqu’à leur retour. » Voici donc pourquoi un ours brun ou un ours noir peuvent rester jusqu’à quatre jours dans un van, une fourgonnette ou une cage minuscule sans que les associations ou l’administration ne puissent agir. Rien que cela devrait convaincre les organisateurs que ces ours ne sont pas à leur place et conduire les spectateurs à boycotter ces spectacles.

Les montreurs d’ours, aussi habiles pour dresser des animaux sauvages que pour manipuler leur auditoire, ont parfaitement rodé leur discours pour vous convaincre que l’ours prend du plaisir à se produire devant vous. Ce n’est que poudre de perlimpinpin et nous espérons pouvoir vous en convaincre avec ce livret. Nous vivons dans une société schizophrène qui s’émerveille devant des animaux captifs tout en marquant un profond désintérêt pour le sort des animaux sauvages. Pourtant, je vous l’assure, la place de l’ours est dans la nature."

Aves brochure.jpg

Vous pouvez télécharger gratuitement cette brochure en vous rendant sur le site d'AVES FRANCE en cliquant ici


Date de création : 21/02/2018 : 10:05
Catégorie : OURS : ACTUALITES -
Page lue 279 fois

OURS ET ART
OURS ET CULTURE
OURS EN PELUCHE
Vous êtes ici :   Accueil » Contre les montreurs d'ours : Aves France
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...